Rachat de crédit, est-il encore temps ?

Avec la remontée des taux amorcée et les resserrements en vue des critères des établissements de crédits, peut-on encore espérer obtenir des conditions intéressantes à l’approche des beaux jours ? Point économie sur le crédit et le financement.

Financement : rien n’est joué

Si les économistes étaient confiants dans leurs pronostics il y a quelques mois, ils le sont moins désormais car ils annonçaient par dizaines des remontées de taux imminentes, avec une augmentation des annulations de projets de financement, faute d’obtenir les conditions espérées mais il n’en est rien. En effet, les emprunteurs ont continué à y croire et ils avaient raison puisque le marché du crédit en a décidé autrement, en montrant également une douce baisse temporaire des taux. Aujourd’hui, l’observatoire crédit logement fait état d’un taux moyen à 1,47% sur une durée de 218 mois pour le crédit immobilier. Autrement dit, les voyants sont au vert puisque le taux était plus élevé en janvier (1,48%) mais la production de crédit enregistre une nouvelle baisse. Les emprunteurs concernés sont les jeunes, ce sont eux qui ont des projets de crédit immobilier mais n’ont pas forcément d’apport, ce qui freine la progression de leurs dossiers au sein des banques.

Un marché de second crédit en forme

Si emprunter pour un crédit immobilier semble plus difficile, le moment est propice au rachat de crédit car les taux restent néanmoins accessibles et les foyers ayant plusieurs emprunts en cours peuvent en profiter pour revoir leurs conditions de remboursement, c’est justement ce que propose le regroupement de crédit avec ses taux légèrement plus élevés que sur le marché du prêt à l’habitat. Ce niveau supérieur s’explique par le fait que le regroupement de crédit s’inscrit dans les produits de seconds financements, ceux permettant aux banques de réaliser des marges correctes en proposant des durées pus longues. C’est en revanche sur le marché de l’assurance que les banques semblent de moins en moins confiantes en leurs produits puisque la résiliation annuelle a redistribué les cartes en proposant des conditions nettement plus avantageuses pour les emprunteurs, cherchant une fois de plus à réaliser des économies en obtenant la meilleure offre.

Des nouvelles alternatives

Le financement participatif profite également aux emprunteurs puisque de nombreuses plateformes ont vu le jour pour proposer du prêt entre particuliers. Plutôt que d’avoir recours à son voisin ou à un forum, on se rend sur le site qui met en relation des investisseurs ayant des fonds à disposition et les emprunteurs ayant des projets à financer (en savoir plus). Le rachat de prêts est également envisageable via ce mode de financement, dans une moindre mesure puisque les montants sont plafonnés mais c’est une réelle alternative au crédit bancaire classique, dont certains sont aujourd’hui réfractaires. Si n’avoir qu’une seule mensualité permet de retrouver de l’air, il est rassurant de voir que plusieurs solutions sont possibles pour les ménages Français.

Source : aufilducredit.com