Quel type d’apport pour une défiscalisation immobilière ?

Dans une volonté de redynamiser le secteur de l’immobilier, l’État a mis en place des dispositifs de défiscalisation. Ces solutions ont pour but de pousser les particuliers et entreprises à investir et en contrepartie, ils profitent d’une baisse sur le paiement de leurs impôts. Mais ces investissements ne sont malheureusement pas gratuits et nécessitent des apports bien évidemment financiers avant de pouvoir se faire.

Un apport financier pour défiscaliser dans l’immobilier

Développer l’offre de logements dans certaines zones géographiques et permettre la rénovation de monuments, telle est le principal objectif de l’État en lançant plusieurs dispositifs de défiscalisation immobilière. En effet, en France, la demande en logement est de près de 600 000 alors que l’offre existante n’en est qu’à 400 000. Il fallait trouver des moyens pour développer ce marché de tension. Et la défiscalisation immobilière s’était imposée comme une évidence. Cette solution possède un argument de taille : celui de pouvoir bénéficier de réduction ou déduction d’impôt. Le rabais fiscal très incitatif permet de gagner plusieurs milliers d’euros sur un laps de temps prédéfini. Mieux, il existe même certains dispositifs qui donnent droit à des frais de notaire moins chers et permettent la récupération de la TVA. Cependant, pour profiter de tous ces avantages fiscaux, un investissement sera nécessaire. Et qui dit investissement, dit forcément apports pécuniaires. Il faudra en effet financer l’acquisition des logements ou la rénovation des monuments. Par quels moyens ? Les sommes nécessaires peuvent provenir d’une épargne, d’un héritage, de la revente d’un bien… Et pour ceux qui n’ont pas les capitaux requis, pas de panique, défiscaliser sans apport, c’est aussi possible.

Comment défiscaliser sans apport ?

Ne pas posséder des apports personnels pour investir dans l’immobilier n’est pas une fatalité. Il existe bien des solutions parmi lesquelles figure l’emprunt immobilier qui permet de financer l’opération à hauteur de 80 voire de 100%. Grâce à ce système, vous pourrez rembourser votre crédit via les loyers générés. En utilisant l’effet de levier du crédit, il est possible que les intérêts d’emprunt soient défiscalisables à 100%. Une fois l’emprunt soldé, les loyers deviendront vos propres bénéfices personnels, à condition bien évidemment de ne pas revendre d’ici là.

Quels dispositifs de défiscalisation choisir ?

La défiscalisation immobilière se décline en une foule de dispositifs adaptés aux besoins et aux profils de chaque investisseur. La loi Pinel est certainement la plus connue et s’applique uniquement pour les investissements locatifs d’une durée minimale de 6 ans. Elle permet de profiter d’un abattement fiscal atteignant les 63 000 euros. Sinon, il existe aussi la loi Bouvard nécessitant un investissement dans une résidence de services et ouvrant à une baisse d’impôt sur une période de 9 ans. Ou encore la loi LMNP qui permet non seulement de se constituer un patrimoine financier grâce aux loyers, mais aussi un patrimoine immobilier sans oublier les avantages fiscaux offerts. Parmi les autres dispositifs existants, on citera également la loi Malraux ou la loi Monument Historique qui concerne les biens anciens et demande des réhabilitations et rénovations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *