Le jean : pourquoi se l’arrache-t-on ?

Mode homme Ilannfive

Le jean, matière intemporelle par excellence, se décline à l’infini. Le denim a gagné depuis longtemps déjà le royaume des accessoires et des vêtements qui font la part belle à cette toile, et cela ne semble pas prêt de s’arrêter ! Aujourd’hui, elle colonise même les meubles et les objets de décoration intérieure. Ainsi, cette popularité ferait presque oublier qu’elle a été utilisée pour la première fois pour sa résistance à l’épreuve du temps et de l’effort : les bucherons américains ne pouvaient plus s’en passer dès le début du XIXème siècle.

Désormais, il est impensable de ne pas avoir quelques habits en jean dans sa garde-robe. De la casquette aux chaussures en passant par le foulard, la chemise en denim japonais, la veste et l’incontournable pantalon, le denim donne immédiatement une touche de modernité assumée mais discrète à une tenue, d’où la gloire qui l’auréole d’un bout du monde à l’autre. Il peut facilement transformer un ensemble austère, le rendre plus actuel et contemporain, voire moins terne. Ceci dit, l’inverse peut aussi se vérifier : une pièce chamarrée et fantasque le sera moins accompagnée d’un habit en denim. De plus, il se mêle à n’importe quelle teinte, une chemise ouverte habille un tee-shirt blanc, égaye une tenue noire, rend plus classique un ensemble bigarré ou même extravaguant. Fermée et portée sur un pantalon chic, elle atténuera son côté strict.

jean
Jean

Le jean permet toutes les folies à celui ou celle qui le porte, et il se permet lui-même bien des excentricités.

Outre les nombreux types de vêtements qui peuvent être faits de cette toile, son intérêt réside dans les variétés de tons qui existent. Délavé, brut ou très sombre, le jean n’impose pas de limite à la créativité des designers textile. En effet, l’industrie de la mode ainsi que les créateurs aiment à le détourner et à le faire passer d’un extrême à l’autre, mélangeant même parfois les genres et les types grâce par exemple au moyen d’un patchwork.

André

Rédigé par André