nouveau Ford Bronco

Une conquête européenne pour le nouveau Ford Bronco ?

À l’instar de la course poursuite entre la police et le joueur de football américain O.J. Simpson, qui a rendu célèbre l’intemporel Bronco, les amateurs de 4×4 extrêmes retiennent leur souffle à l’annonce d’une demande d’enregistrement le 31 octobre dernier du nom « Bronco », soumise par Ford auprès de l’Office de la Propriété Intellectuelle de l’Union européenne. On croyait ce puissant tout-terrain, adversaire direct du Jeep Wrangler, réservé au marché américain. Aujourd’hui, tout indique que Ford pourrait avoir changé d’avis.

Le retour d’un puissant tout-terrain Ford

L’indémodable constructeur automobile avait déjà fait sensation en annonçant la renaissance du Bronco. Lancé par Ford en 1966, le 4×4 américain avait cédé la place à l’Explorer, et tiré sa révérence en 1996. Puissant passe partout, à l’image des prestigieux Jeep Wrangler, Mercedes Classe G, Land Rover Defender ou encore Suzuki Jimny, il manquait pourtant à la cour des grands.

Le nouveau Bronco sera dévoilé au printemps prochain et ses fans américains pourront choisir entre plusieurs types de motorisation, avec l’option d’inclure un bloc à essence EcoBoost turbocompressé de 2,3 litres, en plus du V6 obligatoire. Ford proposera probablement une version hybride. Force sous le capot et sur tous les terrains, le nouveau Branco, annoncé avec un grand empattement et une garde au sol importante, est prêt pour sa conquête américaine… et pourquoi pas européenne !

Ford Bronco 2020, un lancement européen ? 

Alors que ses fans européens se consolaient de ne pouvoir découvrir la nouvelle génération du Ford Bronco, il semblerait que le suspens reste entier. Si l’on pensait que le marché américain aurait l’exclusivité de ce nouveau tout-terrain, rien n’est moins sûr depuis que Ford a enregistré le nom ‘Bronco’ au bureau européen de la propriété intellectuelle.

Certes, il est pratique courante chez les constructeurs automobiles de déposer le nom de leurs modèles, sans nécessairement lancer le produit sur les zones géographiques concernées, pour se sécuriser vis-à-vis de la concurrence. Mais l’espoir de voir ce passe-partout explorer les contrées européennes est aujourd’hui permis !